Christian Scalisi - Maitre Sommelier

La Grande Passion du vin

Chateau Pradeaux




Une dégustation verticale tout à fait exceptionnelle commencée avec les rosés 2010, puis une dégustation légendaire allant de 2010 au mythique 1961

Rosé 2010 brut de cuve : 60% Mourvedre - 40% cinsault

Belle couleur rose pale et saumonée Un nez élégant, minéral, des notes de fruits rouges, groseille, de fines épices, un nez franc et fin. En bouche l'attaque est grasse, des notes de pêche, jolie finale minérale. Demande encore quelques mois afin de trouver toute sa plénitude 
Rosé 2009 : 50% mourvedre 50 % cinsault Une couleur orangée plus soutenue, un nez fin et mentholé, vif , aux arômes de fruits rouges, quelques notes confiturés d'orange .  À la dégustation le vin est gras et rond, du fruits et des épices finissent sur une pointe d'amertume . Un vin d'une belle longueur Un vin intéressant à déguster sur une cuisine riche en épices

Rosé 2008 Belle couleur orangée avec une brillance soutenue Un nez plus fin, aux arômes de petits fruits, d'agrumes, un vin plus abouti  À la dégustation le vin présente une belle harmonie et une grande finesse. La finale est fraiche et délicate . Un vin idéal pour un plat méditerranéen , préférez un poisson un peu gras accompagné d'un jus à la coriandre
Les vins rouges : 
Les bienfaits des Pradeaux Vin de Pays du mont côme ( non millésimé )  40% carignan 40% counoise 20% Mourvedre Belle couleur rubis foncé, nez fin et fumé, des notes de cuir et de sous bois, jolis fruits rouges En bouche le vin est élégant, souple, aux tanins présent et marqués, des arômes de cassis et de framboise, se termine sur une finale un peu sèche : 2 ou 3 ans devrait affiner les tanins Un vin de pays avec une vrai personnalité, on est dans la philosophie du domaine

2010 château Pradeaux : brut de foudre Belle couleur rubis foncé, presque opaque, la frange est violacée  Le nez est fumé, aux arômes brulés, notes de goudron, fruits noirs et de tabac blond  À la dégustation le vin est puissant et équilibré, riche . Les tanins sont puissants mais fins, les arômes de bouche sont d'une belle délicatesse ( bois de cèdre), une finale longue.....

2008 : un couleur d'un beau rubis avec un disque rougeoyant  Un vin plus fin, et plus discret, aux arômes de fruits rouges rôtis, cassis, mure  La bouche est pleine, riche, les tanins sont très fins, une belle délicatesse pour un millésime ou les vins sont plutôt durs. À oublier dans sa cave 5 ou 6 ans avant de penser à l'ouvrir

2006 Le Lys de chateau Pradeaux Seul vin éraflé du domaine Une couleur plus brune aux reflets marron, montre une évolution certaine Le nez se caractérise par des arômes de fruits à l'eau de vie, plus confituré, assez délicat, des notes de tabac blond et de caramel Une bouche souple, aux arômes de cuir et de noyau de cerise, les tanins sont très fins et fondus, un vin dejà à maturité À déguster sur un volaille aux marron 
2006 : Couleur plus profonde que la cuvée Lys, un vin encore fermé, où des notes fumées et boisées se dégage. En bouche le vin est ferme et dense, quelques arômes toastés. Ce millésime est plutôt fermé et doit être oublié au fond de sa cave

2005 : Belle couleur rubis assez franche, la frange est rosé, la robe est vive Le nez est fin et grillé, quelques notes viandée, tabac, un ensemble fin et délicat À la dégustation la bouche est souple et droite, des tanins présents avec une concentration satisfaisante   Cette bouteille est conforme au millésime : plutôt élégant et charmeur Donnera sa pleine mesure dans une dizaine d'année, toutefois on peut le servir sur une daube provençale

2004 : UNe belle couleur profonde avec une belle densité  Nez plus volatile, avec des notes boisées et balsamiques, bois de pin, résine En bouche le vin est riche, plein, des tanins vifs et marqués, de beaux arômes de fruits rouges; un vin franc et droit. Il faudra vraiment de la patience pour le gouter à maturité Devrait bien s'accommoder d'une côte de boeuf aux sarments 

2001 : Couleur profonde et riche, la frange commence à tuiler Des arômes plus évolués, café, cacao, chocolat, confiture de fruits . Le nez présente une belle complexité, il commence à truffer. La dégustation est harmonieuse et fine, les tanins sont fondus et délicats, un bel équilibre, finale sur des notes de kirch. Malgré son bon potentiel de garde, ce millésime peut déjà faire votre bonheur Un mariage intéressant sur un filet de boeuf Rossini 

1998 : Couleur plus brune, la frange aux reflets marrons  Un nez de champignons, sous bois, notes de vieux cuir et balsamique La bouche est délicate, aux arômes de petits fruits rouges, de laurier, de figues,le millésime donne des vins plus tendu, plus discret, encore en réserve Devrait donner tout son potentiel d'ici 5 à 10 ans Idéal avec un filet de veau au laurier

1995 : couleur profonde d'un beau grenat Le nez est fin, concentré aux arômes de fruits rouges, de cuir, bourgeon de cassis La bouche est souple, des tanins fins, présents mais délicats, des notes grillées, un beau fruit mur. Ce vin présente un équilibre parfait . Le nez reste plus flatteur que la bouche, assez charnue Pourquoi pas un rosbeef cuit aux herbes de Provence

1994 : Couleur brune et profonde Le nez présente une certaine évolution, des notes de cafés, sous bois, grillé, champignons La bouche est délicate, les tanins plutot tendus, finale sur du noyau de cerise Son évolution permet de nous présenter un vin plutôt sur la délicatesse, il devrait continuer à évoluer dans le bon sens encore quelques années À servir avec un magret de canard aux airelles

1990 : couleur noire et profonde Nez fin, de cuir et sous bois, aux arômes de fruits noir à l'eau de vie : élégant et harmonieux  Bouche souple et suave, des tanins encore marqués et serrés, ils sont fins et denses Des notes de sous bois, de cuir, un vin avec un excellent équilibre, la construction est solide, nous sommes dans la lignée des grands millésimes du domaine Un investissement pour vous et vos enfants....  Un beau gibier devrait parfaitement le mettre en valeur

1988 : belle couleur grenat aux reflets marrons Un nez de fruits noir, café, caramel, du fruit noir, un ensemble fin et complexe Le volume en bouche et plein, riche , aux arômes de fruits noirs, tanins très fins et tendus Une belle élégance et un bon équilibre pour ce millésime compliqué Une épaule d'agneau dans son jus serait parfait
1985 : belle couleur vive et grenat, la teinte est tuilée Nez de cuir, fourrure, aux notes minérales, plus fin, nez discret, un passage en carafe lui est indispensable ( comme les autres d'ailleurs..) La bouche est délicate, les tanins sont présents et encore fermes, une belle finale sur la finesse Certes un vin plein de promesse, mais à oublier encore quelques années Pour les impatients à marier avec un gibier à plume 


1979 : belle couleur brune et vive Un nez concentré et complex : tabac, cuir, fruits rouges, des belles notes balsamiques, résineuses, de truffes et fruits confits La bouche est franche, droite, aux tanins fins et marqués, des arômes de fruits et de sous bois Quel monument ce 79 : millésime exceptionnel à Bandol, il est dans la lignée À marier sur un plat qui a du gout... Un gigot d'agneau confit «7 heures»

1975 : couleur brune, rouge très vive À croire que le temps s'inverse au bout de 30 ans... Un nez de sous bois, de cèdre, fenouil, garrigue, extrêmement complexe, évolue sur des notes de truffes et de fruits noirs, de grillé, bois de rose, tabac blond En bouche le vin est plein, riche, onctueux, une grande harmonie Notes de fruits noirs, confiture de cassis, boite de cigare, bourgeon de cassis On disait les 75 finis , et bien non ! Il en reste au moins 1... Mais quel bonheur De nouveau le marier avec une côte de boeuf aux sarments 

1964 : Couleur rouge vif aux reflets brun Nez de kirch, fruits secs et confits, datte, réglisse, café, note brulée Une bouche parfaite, fine et délicate, un beau fruit, une finale qui nous offre une classe et une jeunesse incomparable  Nous arrivons dans des vins totalement intemporels, nous avons l'impression d'avoir un vin qui atteint seulement sa maturité et qui en plus va la garder de nombreuses années Un simple magret de canard rôti devrait mettre encore plus en valeur ce vin

1961 : une grande classe et une grande complexité dans ce vin, il est fin et délicat, des notes de cassis et d'épices survole le verre..., c'est jeune et infiniment beau, un magnifique paysage provençal La dégustation est un pur bonheur : suave, délicat, des notes toastées et briochées  Un finale éternelle .... Si on devait le comparer, ce serait avec une toile du peintre sésame, qui à si bien décrit la Provence dans ses toiles .  Ces vins nous démontrent la capacités extraordinaire du mourvedre à voyager dans le temps, au plus les Bandol vieillissent, au plus ils nous rajeunissent..